Les bonnes résolutions, l’engagement chrétien et Jonathan Edwards

Quand nous prenons de nouvelles résolutions, quelle place accorder à la notion d'engagement personnel et quelle place accorder à la grâce? Cette réflexion nous donne aussi l'occasion de méditer sur l'une des résolutions prises par un champion de la grâce, Jonathan Edwards (XVIIIe siècle).

Nombreuses sont les personnes qui, lorsqu’elles entendent l’expression « bonnes résolutions », réagissent avec cynisme. Car « l’engagement » sous toutes ses formes a bien mauvaise presse aujourd’hui…

La prise de bonnes résolutions: une occasion de sourire ou de s’engager?

La plupart des bonnes résolutions qui nous sont proposées gravitent autour de nos habitudes alimentaires et de notre activité physique. Certaines sont d’ordre relationnel (passer plus de temps avec les personnes que nous aimons). La devise « je vais penser un peu plus à moi » est également dans le top 10 des résolutions prises autour de nous.

Si vous êtes chrétien, vous prendrez peut-être la résolution de lire davantage l’Écriture au cours des prochains mois, ou d’adopter un nouveau plan de lecture de la Bible (sur les plans de lecture, voir ce billet).

Face à l’évocation régulière du thème des bonnes résolutions, certains chrétiens se contentent de sourire; il y a longtemps qu’ils n’en prennent plus. D’autres cherchent des occasions de renouveler leurs engagements ou d’en prendre de nouveaux.

L’engagement chrétien et la grâce

Certains chrétiens résistent à la fois à la notion d’engagement en général et à celle des « bonnes résolutions » en particulier. Car, disent-ils, « je veux vivre de la grâce de Dieu plutôt que d’avancer par mes propres efforts ».

Je trouve significatif que c’est dans un livre classique sur la grâce, À l’école de la grâce, de Jerry Bridges (j’en parle ici avec enthousiasme), que se trouve l’un des meilleurs traitements du thème de l’engagement qu’il m’ait été donné de lire ces dernières années (au chapitre 9 de cet ouvrage). Cela ne devrait pourtant pas nous surprendre: avec Dieu, on ne s’engage pas malgré la présence de la grâce; bien au contraire, on s’engage sur le fondement de la grâce. On prend de bonnes résolutions parce qu’il y a la grâce. Sans cette dernière, n’y pensez même pas!

Pourquoi en est-il ainsi? Parce que notre obéissance à Dieu n’est persévérante que dans la mesure où elle constitue une réponse à ce que Dieu nous a gratuitement offert. Si nous pouvons nous engager pour Dieu, c’est parce que lui s’est engagé pour nous. La croix, démonstration suprême de l’engagement du Dieu trinitaire en notre faveur, est ce qui nous pousse à dire une fois de plus, cette année: « Par la grâce de Dieu, je prends la résolution… »

Avec cette année qui s’ouvre, puisons notre force au bon endroit:

Toi donc, mon enfant, puise tes forces dans la grâce qui nous est accordée dans l’union avec Jésus-Christ.

– 2 Timothée 2.1

Une résolution de Jonathan Edwards

Vous cherchez une idée de bonne résolution?

Le prédicateur américain du Grand Réveil du XVIIIe siècle, Jonathan Edwards, est célèbre notamment pour les 70 résolutions qu’il a prises – à l’âge de 19 ans! Parmi celles ci : « Résolu à vivre comme je souhaiterais l’avoir fait quand je viendrai à mourir »[1].

À la méditation de cette résolution, peu commune à notre époque (nous n’aimons pas songer à la mort, et encore moins à la nôtre), je me demande: une telle résolution, si je la faisais mienne en m’appuyant sur la grâce de Dieu, changerait-elle les décisions que je prends au quotidien?

[1] Cité par Jerry Bridges, À l’école de la grâce, Excelsis, 2015, p. 182.

Abonne-toi à ma newsletter et reçois en cadeau mon ebook pour te guider dans l'étude du livre "À l'école de la grâce" de Jerry Bridges.

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer notre lettre d'information ainsi que des informations concernant les activités de toutpoursagloire.com. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter. Powered by ConvertKit

Dominique Angers

Dominique Angers est professeur de Nouveau Testament et de théologie pratique à la Faculté de Théologie Évangélique à Montréal (Université Acadia). Docteur en théologie de l’Université de Strasbourg, il s'exprime régulièrement sur son podcast vidéo d'enseignement biblique, Parle-moi maintenant. Retrouvez ici quelques éléments de son parcours et la liste de ses publications.

Articles pouvant vous intéresser