« Creuser l’Écriture » Une boîte à outils pour tous les chrétiens

Nous l’attendions depuis longtemps, il est maintenant disponible : un livre simple et pédagogique pour apprendre comment interpréter la Bible, intitulé Creuser l’Écriture. Une boîte à outils pour déterminer le sens d’un passage biblique (Clé/IBG, 2016). À notre époque où « toutes les interprétations se valent », cet ouvrage arrive à point nommé. À utiliser seul, à deux ou en petits groupes.

Il s’agit d’une traduction de Dig Deeper!, de Nigel Beynon et Andrew Sach, qui sont d’origine britannique. J’ai eu l’occasion de participer à l’adaptation du livre en français. La traduction est de Jonathan Chaintrier.

Ce que vous trouverez dans ce livre

Après une introduction sur le danger des interprétations subjectives (« Tout est une question d’interprétation »), un premier chapitre présente la Bible comme un livre écrit à la fois par Dieu et par des hommes. La suite de l’ouvrage se concentre surtout (mais pas exclusivement) sur la dimension humaine de l’Écriture, dans la mesure où l’objectif est de comprendre l’intention des nombreux écrivains bibliques.

creuser-l-ecritureAinsi, le cœur du livre propose une boîte de seize outils, présentés à raison d’un par chapitre. Chaque outil est clairement expliqué, parfois même de manière ludique. Les anecdotes personnelles abondent, le langage employé est accessible à tous, les exemples concrets occupent beaucoup d’espace. À la fin de chaque chapitre, les auteurs proposent des exercices pratiques pour encourager leurs lecteurs à expérimenter eux-mêmes ce qu’ils viennent de découvrir. À chaque outil est associé un pictogramme (comme une cible pour représenter l’objectif de l’auteur), et on retrouve à la fin de l’ouvrage l’ensemble des symboles sur un aide-mémoire en papier cartonné, que l’on peut aisément découper et insérer dans sa Bible.

Les outils traités sont les suivants :

  1. L’outil de l’objectif de l’auteur
  2. L’outil du contexte
  3. L’outil de la structure
  4. L’outil des mots de liaison
  5. L’outil des parallèles
  6. L’outil des commentaires du narrateur
  7. L’outil du vocabulaire
  8. L’outil des traductions
  9. L’outil du ton et des émotions
  10. L’outil de la répétition
  11. L’outil des citations/allusions
  12. L’outil du genre
  13. L’outil de l’imitation
  14. L’outil de la chronologie biblique
  15. L’outil « Qui suis-je ? »
  16. L’outil « Et maintenant ? »

Une conclusion vient nouer la gerbe en rassemblant l’ensemble des outils et en appliquant bon nombre d’entre eux à quelques textes.

Cette conclusion est suivie de « lectures recommandées » sur différents sujets relatifs à l’interprétation de la Bible. L’éditeur francophone accorde une large part aux ressources de langue française.

Enfin, un appendice fournit quelques témoignages illustrant les fruits portés par ce livre dans sa version originale.

Les cadres dans lesquels utiliser ce livre

Étant donné les nombreux exemples et exercices pratiques contenus dans ce livre, le mieux est d’envisager d’en faire la lecture et la mise en application de façon simultanée. Cela peut bien sûr se produire individuellement, mais l’idéal serait de « vivre ce livre » en présence d’un coach qui possède davantage d’expérience en la matière. Le tête-à-tête s’y prête bien (un à un), dans le cadre par exemple du discipulat. Parcourir ce livre en petit groupe serait également bienfaisant, autour d’un animateur qualifié (groupes de maison, groupes d’étude biblique, groupes universitaires, et ainsi de suite). Creuser l’Écriture s’adresse à différentes tranches d’âge, des jeunes (ou jeunes adultes) aux aînés. Un minimum de motivation est nécessaire, mais les auteurs, par leur enthousiasme et l’accessibilité de leur langage, donnent un sérieux coup de main à tout animateur potentiel.

Les auteurs se sont servis de cet ouvrage principalement dans le cadre de leur ministère en milieu étudiant, en Grande-Bretagne. Cela dit, il est clairement accessible à un public plus large, qui comprend des personnes de niveau pré-universitaire.

Les limites du livre

Ce livre accomplit bien l’objectif qu’il se donne (faciliter une première approche), mais il ne doit pas être confondu avec les ouvrages destinés aux étudiants en théologie (comme celui-ci) ou aux lecteurs déjà initiés à l’herméneutique biblique. Il est de niveau « pré-faculté de théologie » et, idéalement, « pré-institut biblique » (du moins, même en institut il devrait être complété par des ressources plus avancées).

Certains lecteurs (les plus attentifs) trouveront peut-être déroutant que les seize outils soient présentés sur un même pied : on peut avoir la fausse impression qu’ils ont tous la même importance. Or non seulement ce n’est pas le cas mais, en outre, ils se déploient dans des registres variés. Par exemple, certains outils touchent à l’étude même du texte, alors que d’autres visent son appropriation personnelle. Il aurait été intéressant de regrouper les outils en fonction de quelques grandes rubriques. Cela dit, le format retenu (l’absence de « catégories secondaires » ou de « sous-catégories ») favorise la simplicité et la lisibilité.

Ce livre figure en tête d’un récent Top 10 des ouvrages francophones sur l’interprétation de la Bible.

Dominique Angers

Dominique Angers est professeur de Nouveau Testament et d’homilétique à la Faculté de Théologie Évangélique à Montréal (Université Acadia). Docteur en théologie de l’Université de Strasbourg, il est l’auteur de La méditation biblique à l’ère numérique, Farel/GBU, 2012. Retrouvez ici quelques éléments de son parcours et la liste de ses publications.

Articles pouvant vous intéresser