Le débarquement de Normandie (D-Day), célèbre illustration de la victoire du Christ

Grâce à la fameuse illustration d'Oscar Cullmann, le débarquement de Normandie (D-Day) revêt une signification toute particulière pour les chrétiens, engagés dans un combat spirituel.

Oui, les chrétiens ont aussi leur D-Day. Certes, une petite mise en contexte s’impose.

L’apôtre Paul dépeint ainsi la réalité quotidienne invisible de tous les chrétiens:

Car nous n’avons pas à lutter contre des êtres de chair et de sang, mais contre les Puissances, contre les Autorités, contre les Pouvoirs de ce monde des ténèbres, et contre les esprits du mal dans le monde céleste. (Éphésiens 6.12)

À la lecture de ce verset, une question se pose immanquablement: pourquoi le combat spirituel est-il si rude alors que Christ a clairement été déclaré vainqueur par sa mort, sa résurrection, son exaltation et sa session à la droite de Dieu? Sa victoire est proclamée on ne peut plus clairement en Éphésiens 1.19-22:

Cette puissance, en effet, [Dieu] l’a déployée dans toute sa force 20 en la faisant agir en Christ lorsqu’il l’a ressuscité et l’a fait siéger à sa droite, dans le monde céleste21 Là, Christ est placé bien au-dessus de toute Autorité, de toute Puissance, de toute Domination et de toute Souveraineté: au-dessus de tout nom qui puisse être cité, non seulement dans le monde présent, mais aussi dans le monde à venir. 22 Dieu a tout placé sous ses pieds, et Christ qui domine toutes choses […] (Éphésiens 1.19-22) ?

Le « déjà » et le « pas encore » de la victoire de Christ en Éphésiens

L’explication est simple: comme beaucoup d’aspects de notre salut, la victoire de Christ participe à la tension entre le déjà et le pas encore de l’œuvre rédemptrice de Dieu. 

Christ est déjà victorieux. Nous le constatons en lisant Éphésiens 1.19-22. Suite à sa résurrection, il siège à la droite de Dieu dans le monde céleste, au-dessus de toute Autorité, de toute Puissance, de toute Domination et de toute Souveraineté. D’après Éphésiens 1.22, tous ses ennemis ont été placés sous ses pieds.

Pourtant, en Éphésiens 6.10-20, Paul nous rappelle que les chrétiens ont à lutter contre les esprits du mal dans le monde céleste – ces esprits mêmes qui ont été défaits par Christ. Ainsi, les fruits de la victoire de Christ ne sont pas encore complètement apparents.

Une illustration mémorable

Une célèbre illustration nous aidera à mieux apprécier la situation. C’est Oscar Cullmann, professeur de Nouveau Testament aux universités de Strasbourg et de Bâle entre 1930 et 1972, qui l’a proposée. En référence à la Seconde Guerre mondiale, Cullmann a rappelé la différence entre le jour J (en anglais D-Day) et le jour V (plus précisément le V-E Day, Victory in Europe Day, le « Jour de la Victoire en Europe »).

Le 6 juin 1944, qui a marqué le début du débarquement des forces alliées en Normandie, fut appelé le « jour J ». Une fois le débarquement réussi, la victoire était déjà certaine. La Seconde Guerre mondiale avait pris un nouveau tournant. Son issue imminente était irréversible.

Pourtant, la victoire complète n’était pas encore établie au vu et au su de tous. Il fallut attendre le 8 mai 1945, le « jour V » (pour victoire) – et de nombreuses batailles sanglantes, dont certaines parmi les pires de toute la guerre –, pour que les hostilités prennent fin définitivement et que le succès de l’intervention fût totalement manifeste.

Application à l’Église

Dans le combat spirituel, l’Église a déjà vécu son jour J – celui de Jésus, pour ainsi dire: le jour de la résurrection, le « début de la fin » pour le Diable. Néanmoins, le jour V – associé au retour de Christ (« Viens, Jésus ! ») – n’a pas encore eu lieu. En cette période intermédiaire, les batailles font rage. 

Or nous connaissons par avance l’issue de la guerre. L’ennemi combattu est un opposant déjà vaincu. Notre responsabilité n’est pas de remporter la victoire (cette dernière est acquise); c’est simplement de « tenir ferme » et de « résister » (Éphésiens 6.11, 13). Nous combattons à titre de vainqueurs officiels, en vertu de notre union avec Christ. 

Pour aller plus loin

  • Attendez la sortie de mon commentaire pratique d’Éphésiens en 2020, aux éditions BLF! (Inscrivez-vous à ma newsletter au bas de cet article pour avoir tous les détails dès qu’ils seront disponibles.)

Abonne-toi à ma newsletter et reçois en cadeau mon ebook pour te guider dans l'étude du livre "À l'école de la grâce" de Jerry Bridges.

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer notre lettre d'information ainsi que des informations concernant les activités de toutpoursagloire.com. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter. Powered by ConvertKit

Dominique Angers

Dominique Angers est professeur de Nouveau Testament et de théologie pratique à la Faculté de Théologie Évangélique à Montréal (Université Acadia). Docteur en théologie de l’Université de Strasbourg, il s'exprime régulièrement sur son podcast vidéo d'enseignement biblique, Parle-moi maintenant. Il est l'auteur du livre La méditation biblique à l'ère du numérique. Retrouvez ici quelques éléments de son parcours et la liste de toutes ses publications.

Articles pouvant vous intéresser

Les cookies assurent le bon fonctionement de notre site internet. En utilisant ce dernier, vous acceptez l'utilisation des cookies. Lisez notre politique de confidentialité pour en savoir plus.
close-image