Le ciel, paradis des relations

La mention du « paradis » évoque habituellement la présence divine éblouissante et les myriades d'anges chantant en parfaite harmonie. Mais savez-vous que l'univers renouvelé sera un lieu où les relations humaines seront à leur meilleur?

On s’imagine rarement le ciel (« le nouveau ciel et la nouvelle terre ») comme un lieu profondément relationnel où les interactions humaines seront plus satisfaisantes que jamais. Pourtant, c’est bien ce que à quoi nous pouvons nous attendre. 

Jonathan Edwards, philosophe et prédicateur américain du XVIIIesiècle, a développé ce point dans son célèbre sermon intitulé « Heaven Is a World of Love ». Explications de Tim Keller. 

Dieu lui-même est un être profondément relationnel, y compris au sein de la Trinité

[Jonathan Edwards] ne conçoit pas l’espérance chrétienne suprême en termes d’abstractions comme le rayonnement et l’immortalité, il la conçoit en termes de relations. Le cœur du paradis n’est pas juste un Dieu quelconque, mais le Dieu trine chrétien, un Dieu en trois personnes (Père, Fils et Saint-Esprit) « unies dans un amour réciproque, infiniment précieux et incompréhensible. » Il y a « une énergie éternelle, réciproque et sainte entre le Père et le Fils, un acte véritablement sain par lequel la divinité ne devient rien d’autre qu’un acte d’amour infini et immuable. » L’effusion mutuelle d’un amour, d’une puissance et d’une joie inimaginables fait de ce Dieu en trois personnes une « fontaine d’amour ». Au ciel, cette fontaine « est ouverte sans aucun obstacle pour en limiter l’accès » et « elle déborde en torrents et en rivières d’amour et de joie, en quantité suffisante pour que tous puissent s’y abreuver, s’y baigner, oui, pour inonder le monde d’un déluge d’amour. »

– Tim Keller, Dieu, le débat essentiel. Une invitation pour les sceptiques (Clé, 2019), p. 232 (Keller cite Edwards).

Nos relations terrestres sont « engorgées »

Même si l’amour nous a procuré à tous une grande joie, Edwards décrit toute relation terrestre comme étant « engorgée ». Imaginez une canalisation, presque entièrement bouchée par de la terre et de la boue, qui ne laisse couler qu’une toute petite quantité d’eau polluée. Voilà à quoi ressemble l’expérience humaine de l’amour. À cause de nos faiblesses, même nos meilleures relations humaines dans cette vie ne laissent pas passer plus d’amour que la canalisation encrassée ne laisse passer d’eau. Mais au ciel, l’amour qui jaillit est incroyablement plus abondant et plus pur. Nous pouvons donc avoir une toute petite idée de l’allégresse de l’au-delà en réfléchissant à ce qui souille et mine tout amour ici-bas, ou à ce qui le rend douloureux, et à ce qu’il pourrait être s’il en était débarrassé.

– Tim Keller, Dieu, le débat essentiel, p. 232-233.

Voilà qui a de quoi nourrir notre belle espérance. 

Mes articles sur le ciel

Abonne-toi à ma newsletter et reçois en cadeau mon ebook pour te guider dans l'étude du livre "À l'école de la grâce" de Jerry Bridges.

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer notre lettre d'information ainsi que des informations concernant les activités de toutpoursagloire.com. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter. Powered by ConvertKit

Dominique Angers

Dominique Angers est professeur de Nouveau Testament et de théologie pratique à la Faculté de Théologie Évangélique à Montréal (Université Acadia). Docteur en théologie de l’Université de Strasbourg, il s'exprime régulièrement sur son podcast vidéo d'enseignement biblique, Parle-moi maintenant. Retrouvez ici quelques éléments de son parcours et la liste de ses publications.

Articles pouvant vous intéresser

Les cookies assurent le bon fonctionement de notre site internet. En utilisant ce dernier, vous acceptez l'utilisation des cookies. Lisez notre politique de confidentialité pour en savoir plus.
close-image