Pourquoi Matthieu parle-t-il du « royaume des cieux » plutôt que du « royaume de Dieu »?

Dans une thèse rédigée à St Andrews en Écosse sous la direction de Richard Bauckham (Heaven and Earth in the Gospel of Matthew, Baker Academic, 2009), Jonathan Pennington est parvenu à une réponse intéressante à la question posée dans l’intitulé de ce billet. Cette réponse s’avère même être une véritable clé de lecture utile à toute personne qui souhaite comprendre le message de l’évangile selon Matthieu.

L’explication traditionnelle et ses problèmes

L’explication habituelle de l’attachement de Matthieu à l’expression « royaume des cieux » (alors que les autres évangélistes privilégient « royaume de Dieu ») est qu’il cherche à éviter d’employer le nom de Dieu. Sa sensibilité juive le pousserait ainsi à remplacer « royaume de Dieu » par une expression équivalente: « royaume des cieux ».

Pennington a mis en lumière les difficultés suscitées par l’interprétation traditionnelle. D’une part, Matthieu n’évite pas le nom de Dieu dans d’autres contextes et dans d’autres expressions; d’autre part, il emploie tout de même l’expression « royaume de Dieu » à quatre reprises. Ces quatre « exceptions » sont difficiles à expliquer à la lumière de la théorie habituelle.

Et si Matthieu lui-même nous aidait à comprendre?

En situant l’expression « royaume des cieux » dans le cadre plus large du double thème du ciel (ou des cieux) et de la terre dans l’évangile selon Matthieu, Pennington a ouvert une nouvelle voie. Il s’est ainsi intéressé à de nombreux textes, dont le Notre Père: « Notre Père, qui est aux cieux […] que ton règne [même mot grec que pour « royaume »] vienne […] que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel […] » (Matthieu 7.9-10).

En un mot, l’élément particulier que Matthieu tient à souligner en valorisant l’expression « royaume des cieux » est le contraste qui existe entre le « royaume » vu à partir du domaine de Dieu (les cieux) et le « royaume » considéré d’un point de vue tout humain. Dieu ne voit pas les choses comme l’être humain, et la description que fait Jésus du royaume a de quoi étonner! Le caractère subversif de l’enseignement de Jésus sur le royaume s’explique ainsi: un tel enseignement provient des cieux, non de la terre!

Comme l’écrit Christophe Paya:

Matthieu emploie le plus souvent l’expression « royaume des cieux », non seulement comme simple équivalent de « royaume de Dieu » (qu’emploient Marc et Luc), mais aussi pour distinguer nettement le domaine de Dieu (et de ceux qui lui appartiennent, le ciel) du domaine des humains sans Dieu (la terre).

Comprendre Matthieu 1-13 aujourd’hui (Excelsis/Édifac, collection La Bible et son message, 2013), p. 47

Mise en application

Concrètement, je trouve utile, quand je parcours l’évangile selon Matthieu et que j’y rencontre l’expression « royaume des cieux », de me demander en quoi ce que je lis est différent du point de vue « terrestre ». Parfois, il est d’ailleurs question de la « terre » dans le texte même que j’ai sous les yeux.

Pour aller plus loin

Pour une interview (en anglais) de Jonathan Pennington à propos de sa thèse, voir ce lien sur le blog de Justin Taylor.

Pour d’autres clés de lecture qui nous permettent de mieux comprendre l’évangile selon Matthieu, voir ce billet de Christophe Paya.

Dominique Angers

Dominique Angers est professeur de Nouveau Testament et d’homilétique à la Faculté de Théologie Évangélique à Montréal (Université Acadia). Docteur en théologie de l’Université de Strasbourg, il s'exprime chaque semaine sur son podcast vidéo d'enseignement biblique, Parle-moi maintenant. Retrouvez ici quelques éléments de son parcours et la liste de ses publications.

Articles pouvant vous intéresser