Comment ressentir le plaisir de Dieu dans nos activités?

On peut accomplir une même activité en se mettant une pression monstre ou en ressentant le plaisir de Dieu. Qu'est-ce qui fait la différence?

Que signifie expérimenter le « plaisir de Dieu »? Une illustration nous aidera à saisir ce concept.

Une scène mémorable

Le film Les chariots de feu (Chariots of Fire) raconte l’histoire d’Eric Liddell, le sprinteur des Jeux Olympiques de Paris en 1924[1]. Il met en contraste deux sprinteurs olympiques présents à Paris cette année-là, Eric Liddell (un chrétien qui courait pour l’Ecosse) et Harold Abrahams (qui représentait la Grande-Bretagne). Les deux étaient d’excellents coureurs, mais ils ne couraient pas pour les mêmes raisons.

Abrahams était obsédé par la nécessité de gagner. Dans une scène du film, il déclare: « D’ici une heure, je me retrouverai de nouveau sur la piste. Je vais lever les yeux et parcourir du regard mon couloir d’un mètre 20 de large. J’aurai alors dix petites secondes de solitude pour justifier toute mon existence. Mais est-ce que j’y parviendrai? »

Liddell, de son côté, voulait simplement plaire à un Dieu qui l’avait déjà accepté tel qu’il était. C’est la raison pour laquelle il a dit à sa sœur: « Dieu m’a créé pour courir vite, et quand je cours je ressens son plaisir. »

Tim Keller commente[2]:

Harold Abrahams s’épuisait même quand il était au repos, tandis qu’Eric Liddell se reposait même en plein effort physique. Pour quelle raison? Parce qu’il existe un labeur fatigant qui sous-tend tout travail humain: c’est le labeur de l’autojustification. Nous avons grandement besoin de trouver le repos en mettant fin à nos tentatives de nous justifier nous-mêmes. 

Et nous?

Voilà dans quel état d’esprit nous voulons accomplir le bien en tant que chrétien. Nous possédons une nouvelle attitude, une source de motivation singulière. Nous ne faisons plus le bien pour prouver quoi que ce soit à Dieu, ni aux autres, ni à soi-même. Nous pratiquons le bien parce que nous sommes bien dans notre peau et détendu. Pourquoi? Parce que nous sommes justifié par Dieu. 

Notre vie entière est une réponse de reconnaissance à Dieu. Faisons le bien parce que Dieu nous a fait du bien en Christ. Comment s’y est-il pris? Il nous a déclaré juste! Nous n’avons donc plus à craindre son jugement. Reposons-nous en Christ et puisons dans la grâce la force nécessaire pour vaquer à nos activités quotidiennes.

Pour poursuivre la méditation…

Je vous propose ce billet: La foi sans la reconnaissance est morte.

[1]J’ai puisé cette illustration dans le livre King’s Cross de Tim Keller (p. 42-43) ainsi que dans le billet I feel God’s Pleasure When I… (de Eric Geiger).

[2]Je paraphrase et j’amplifie (voir la note précédente pour la référence).

Abonne-toi à ma newsletter et reçois en cadeau mon ebook pour te guider dans l'étude du livre "À l'école de la grâce" de Jerry Bridges.

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer notre lettre d'information ainsi que des informations concernant les activités de toutpoursagloire.com. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter. Powered by ConvertKit

Dominique Angers

Dominique Angers est professeur de Nouveau Testament et de théologie pratique à la Faculté de Théologie Évangélique à Montréal (Université Acadia). Docteur en théologie de l’Université de Strasbourg, il s'exprime régulièrement sur son podcast vidéo d'enseignement biblique, Parle-moi maintenant. Il est l'auteur du livre La méditation biblique à l'ère du numérique. Retrouvez ici quelques éléments de son parcours et la liste de toutes ses publications.

Articles pouvant vous intéresser

Les cookies assurent le bon fonctionement de notre site internet. En utilisant ce dernier, vous acceptez l'utilisation des cookies. Lisez notre politique de confidentialité pour en savoir plus.
close-image