À quoi ressemblent des enfants et des papas transformés par Christ (Éphésiens 6.1-4)?

Portrait d'enfants (et de papas) touchés par Christ - Éphésiens 6.1-4 (PMM #17)

Bienvenue dans Parle-moi maintenant, le podcast qui vous fait parcourir le Nouveau Testament un livre à la fois. Dans cet épisode, nous poursuivons notre série sur la lettre de Paul aux Éphésiens.

Dans ce dix-septième épisode sur la lettre aux Éphésiens, Dominique Angers nous explique que les enfants ont aussi leur part de responsabilité dans la bonne marche du foyer chrétien. En effet, Paul les exhorte directement à obéir à leurs parents. Puis, l’apôtre exhorte les pères, souvent tentés d’exaspérer leurs enfants.

Retrouvez ICI les autres épisodes du podcast.

La vérité centrale d’Éphésiens 6.1-4

Avec Christ, les enfants et les parents apprennent à se respecter mutuellement.

Questions pour échange en groupe ou réflexion personnelle

  • Comment le texte d’Éphésiens 6.1-4 est-il rattaché à ce qui précède dans la lettre?
  • Que signifie le fait d’obéir à ses parents? Comment cela se manifeste-t-il concrètement?
  • À l’âge adulte, devons-nous toujours obéir à nos parents? Expliquez.
  • Paul n’attend pas une « obéissance mécanique, dépourvue de réflexion » de la part des enfants. Expliquez.
  • En Éphésiens 6.1, que veut dire Paul quand il demande aux enfants d’obéir à leurs parents « à cause du Seigneur »?
  • Comment pouvons-nous inculquer cette « obéissance réfléchie » à nos enfants?
  • Que signifie « honorer » ses parents (Éphésiens 6.2)? Comment évolue la mise en pratique de ce commandement à travers les saisons de la vie?
  • Comment comprendre la promesse qui se rattache au commandement d’honorer ses parents (Éphésiens 6.2-3)?
  • De quelles manières sommes-nous parfois portés à « exaspérer » nos enfants (à provoquer leur colère, Éphésiens 6.4)?
  • Les pères ont la responsabilité d’élever leurs enfants en les éduquant (Éphésiens 6.4). Il s’agit d’une éducation au sens large, d’une formation de vie. Comment faire cela, concrètement?
  • Les pères ont aussi la responsabilité de parler à leurs enfants, de les enseigner, de les conseiller (Éphésiens 6.4). Mentionnez de « bonnes façons » et de « mauvaises façons » de le faire.
  • L’expression finale, « d’une manière conforme à la volonté du Seigneur » (Éphésiens 6.4), se rapporte à la fois à l’éducation plus générale et aux conseils donnés. Le père puise auprès du Seigneur la formation de vie qu’il transmettra à ses enfants et les paroles de vérité qu’il leur inculquera. Pensez-vous à un exemple précis qui illustre ce principe?
  • Dans quel sens sommes-nous complètement dépendants de Christ pour la mise en pratique de ce texte?

À propos de Parle-moi maintenant (PMM)

Retrouvez tous les épisodes de PMM sur:

Comment s’abonner au blog de Dominique (PMM + autres billets)?

En vous abonnant au blog de Dominique, vous recevrez par courriel tous les épisodes de Parle-moi maintenant et tous les billets que signe Dominique sur une base régulière.

Comment faire? C’est tout simple: rendez-vous ici, puis entrez les informations demandées sur la droite de la page.

Version écrite de l’épisode PMM #17 (transcription)

À quoi ressemblent des enfants et des papas transformés par Christ? Comment Christ change-t-il la relation entre les enfants et leurs parents?Paul répond à ces questions en Éphésiens 6.1-4, texte qu’on peut intituler: « La relation enfants-parents ».

Nous nous trouvons dans une section de la lettre aux Éphésiens qui traite de conduite personnelle et de relations au sein du foyer. La dernière fois, nous avons parlé de la relation épouse-mari (du mariage); cette fois, nous abordons la relation enfants-parents.

Ce thème est directement rattaché à certains versets précédents. L’enseignement de notre texte est situé dans le cadre d’Éphésiens 5.18: « Soyez remplis de l’Esprit […] » L’un des résultats de cette plénitude est donné au verset 21 d’Éphésiens 5: « vous vous soumettrez les uns aux autres ». Puis, des exemples concrets de soumission sont détaillés: a) les épouses, chacune à son mari; b) et maintenant, un deuxième exemple: les enfants à leurs parents (dans ce cas précis, le verbe « se soumettre » n’est pas employé, puisque c’est le thème plus précis de l’obéissance que Paul met en avant).

Exhortation aux enfants

Dans notre texte, on trouve deux exhortations. Premièrement, une exhortation adressée aux enfants, qui débute avec le verset 1:

Vous, enfants, obéissez à vos parents à cause du Seigneur, car c’est là ce qui est juste.

Dans le foyer chrétien, les enfants ont aussi des responsabilités. On peut imaginer la lecture publique de la lettre aux Éphésiens dans une Église locale du Iersiècle, peut-être une Église-maison. Les enfants sont présents. L’exhortation s’adresse directement à eux: « Vous, enfants […] » La soumission des enfants à leurs parents s’exprime donc par leur obéissance.

Pourtant, Paul ne préconise pas une obéissance mécanique, dépourvue de réflexion. Dès qu’ils sont en âge de comprendre les vérités basiques sur le Seigneur (c’est-à-dire ici le Seigneur Jésus), les enfants sont en mesure de faire le lien entre l’obéissance à papa et maman et leur relation avec le Seigneur. Paul dit: « […] obéissez à vos parents à cause du Seigneur ». Certaines traductions ont: « dans le Seigneur ». Cela fait penser à deux autres versets de la même grande section. En Éphésiens 5.22, l’attitude des épouses vis-à-vis de leur mari est motivée « par [l’]égard pour le Seigneur ». En Éphésiens 6.5, les esclaves obéissent à leur maître « par égard pour Christ ».

Que dit Paul aux enfants dans notre verset? Il est difficile de saisir la nuance précise qu’il veut souligner, mais il cherche sans doute à mettre en avant l’un des aspects suivants:

  • L’obéissance des enfants à leurs parents fait partie de leur obéissance à Christ.
  • Elle est aussi un résultat direct de leur union avec Christ, c’est-à-dire de leur attachement à Christ.
  • Christ est la source de motivation première des enfants pour l’obéissance aux parents.
  • Il est également celui qui rend une telle obéissance possible, car sans Christ, les enfants n’y arriveraient pas (pas plus que leurs parents ne pourraient, sans le secours de Christ, faire ce que Dieu leur demande).

En définitive, l’obéissance aux parents dépasse la relation filiale: Christ est également de la partie.

Autre source de motivation pour les enfants, à la fin du verset 1: « c’est là ce qui est juste ». Certains perçoivent ici une anticipation de ce qui suit: c’est « juste » d’un point de vue biblique, puisque Paul cite ensuite un commandement de l’Ancien Testament. D’autres ont une interprétation plus large du terme « juste »: dans la société gréco-romaine de l’époque, l’obéissance des enfants aux parents était généralement reconnue comme un principe fondamental de la vie sociale. Tout le monde trouvait cela juste et raisonnable.

Dans les versets 2 et 3, Paul cite et commente le cinquième des Dix commandements:

Honore ton père et ta mère : c’est le premier commandement auquel une promesse est rattachée : pour que tu sois heureux et que tu jouisses d’une longue vie sur la terre.

On trouve ce commandement en Exode 20.12 (ce qui explique les italiques dans le texte). Honorer ses parents dans l’Ancien Testament, c’est notamment leur obéir. C’est évidemment beaucoup plus que cela. D’ailleurs, la responsabilité d’honorer ses parents dure toute la vie, mais pas celle de leur obéir. On obéit à ses parents quand on est sous leur responsabilité. Néanmoins, on continue de les honorer quand on n’est plus sous leur responsabilité. Ce que suggère l’enseignement de l’Ancien Testament sur le sujet, c’est que:

  • Honorer ses parents alors qu’ils sont en train de nous « élever », pour anticiper le verset 4, c’est notamment obéir à ses parents.
  • Honorer ses parents à l’âge adulte, c’est continuer de les respecter, et c’est souvent prendre soin d’eux.

Revenons aux enfants qui sont à la maison. Paul rappelle que ce commandement est le premier, dans la liste des Dix commandements, auquel une promesse spécifique est rattachée. Verset 3: « pour que tu sois heureux et que tu jouisses d’une longue vie sur la terre ».

En Exode 20.12, la promesse était encore plus précise pour les enfants israélites: « afin de jouir d’une longue vie dans le pays que l’Eternel ton Dieu te donne ». Paul généralise cette promesse puisqu’il ne s’adresse pas à des Juifs, et surtout parce que l’entrée dans la terre promise au sens géographique n’est plus d’actualité sous la nouvelle alliance. Au lieu de parler d’une longue vie dans le pays promis, il parle d’une longue vie sur la terre.

D’une manière générale, il y a une relation de cause à effet entre le fait d’honorer ses parents et le bonheur sur terre, et même entre le fait d’honorer ses parents et la santé voire la longévité. Ce n’est pas une règle absolue puisqu’il y a beaucoup d’exceptions (comme il y en avait aussi dans l’Ancien Testament). De toute évidence, il y a des gens qui honorent leurs parents et qui pourtant meurent beaucoup trop jeunes d’un accident de la route. Néanmoins, si l’on met de côté les accidents et les maladies graves, la réalité de cette promesse est souvent constatée: on vit tout simplement mieux et plus longtemps quand on s’entend bien avec ses parents et quand on les respecte.

Exhortation aux pères

Seconde exhortation de notre texte, plus courte: l’exhortation aux papas.

 4a Vous, pères, n’exaspérez pas vos enfants,

Paul exhorte les pères à ne pas provoquer la colère de leurs enfants. Il a d’ailleurs été question de colère en Éphésiens 4.26-27 et 4.31. Ici, les papas doivent veiller à ne pas être une source de colère pour leurs enfants.

Dans la société de l’époque, le père – le chef de famille – pouvait facilement abuser de son autorité. Dans ce contexte, Paul rappelle que les enfants sont des personnes à part entière qui ne doivent être ni exploitées, ni manipulées.

C’est une mise en garde contre:

  • des excès de colère de la part du père
  • le mauvais exemple donné par le père – qui ne pratiquerait pas ce qu’il « prêche »
  • des paroles blessantes
  • un manque de communication entre le père et ses enfants
  • le favoritisme: un père qui compare ses enfants entre eux
  • le manque de temps et d’attention consacrés aux enfants, le peu d’intérêt qui leur est porté (par exemple si le père délègue entièrement la responsabilité de prendre soin des enfants à la maman)
  • une discipline excessive
  • des punitions trop sévères en cas de désobéissance, ou des punitions qui sont le résultat de la colère plutôt qu’une recherche du bien de l’enfant
  • des exigences peu raisonnables
  • une attitude injuste
  • l’orgueil d’un père qui ne reconnaît pas ses propres torts
  • une ambiance de condamnation constante, un manque de grâce et l’absence de la joie du Seigneur dans le foyer
  • l’humiliation de l’enfant sous toutes ses formes
  • un manque de sensibilité aux besoins de l’enfant
  • une absence d’écoute
  • des attentes trop élevées dans des domaines importants aux yeux du père mais pas si importants aux yeux du Seigneur
  • le manque d’encouragement régulier de la part du père
  • les promesses non tenues.

Finalement, il est assez facile pour un père d’exaspérer ses enfants. Que le Dieu de grâce nous porte secours!

Maintenant, plus positivement:

4b mais élevez-les en les éduquant et en les conseillant d’une manière conforme à la volonté du Seigneur.

Il est d’abord question d’une éducation au sens large, d’une formation de vie, dont les pères sont responsables: « élevez-les en les éduquant ». Cela passe bien sûr par l’exemple personnel, et cela se produit dans toutes les situations concrètes de la vie. Nos enfants sont en formation auprès de nous et ils apprennent en observant et en vivant avec nous.

Mais les pères ont aussi la responsabilité de parler à leurs enfants, de les enseigner, de les conseiller. Un papa qui ne dit jamais un mot, c’est un père qui ne remplit pas pleinement le mandat que Dieu lui a confié.

Enfin, l’expression finale, « d’une manière conforme à la volonté du Seigneur », se rapporte à la fois à l’éducation plus générale et aux conseils donnés. Le père puise auprès du Seigneur la formation de vie qu’il transmettra à ses enfants et les paroles de vérité qu’il leur inculquera.  Pour reprendre les termes d’Éphésiens 4.20-21, le père chrétien a lui-même « appris Christ »: on lui a enseigné ce qui est conforme à la vérité qui est en Jésus. Ayant reçu cette formation par l’enseignement chrétien, il peut à son tour la transmettre à ses enfants.

Voilà le portrait des pères chrétiens que nous propose l’apôtre Paul: ce sont des pères attentifs aux besoins de leurs enfants, des pédagogues patients qui sont eux-mêmes disciples de Christ.

Quelle est la vérité centrale de notre texte? Avec Christ, les enfants et les parents apprennent à se respecter mutuellement. Les enfants obéissent à leurs parents et ils les honorent. Les pères respectent leurs enfants en veillant à ne pas les exaspérer et en s’occupant d’eux – y compris sur le plan spirituel.

Les exhortations de notre texte sont difficiles à mettre en pratique, autant pour les enfants que pour les papas. Mais n’oublions pas que Christ seul peut changer l’attitude des enfants envers leurs parents, et que Christ seul peut changer l’attitude des pères envers leurs enfants. Nous comptons sur lui, et nous nous attendons à sa puissance.

Prière

Père céleste, merci pour ces directives claires pour la vie familiale. Aide les enfants de notre Église à prendre au sérieux l’obéissance à leurs parents, quoi qu’en pensent leurs amis. Cette obéissance reflète l’état de leur relation avec Christ. Qu’ils honorent leurs parents afin de s’approprier ta promesse d’être heureux et de jouir d’une longue vie sur terre. Et nous, les pères, avons tant besoin de ton aide et du secours de l’Esprit. Que nous n’exaspérions pas nos enfants, que nous ne provoquions pas leur colère, notamment en nous mettant nous-mêmes en colère sans raison valable. Que nos enfants voient plutôt en nous l’amour, la compassion et la patience de Christ. Fais de nous les modèles que nous devrions être pour eux et donne-nous les mots pour leur parler de toi. En Jésus, Amen.

Abonne-toi à ma newsletter et reçois en cadeau mon ebook pour te guider dans l'étude du livre "À l'école de la grâce" de Jerry Bridges.

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer notre lettre d'information ainsi que des informations concernant les activités de toutpoursagloire.com. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter. Powered by ConvertKit

Dominique Angers

Dominique Angers est professeur de Nouveau Testament et de théologie pratique à la Faculté de Théologie Évangélique à Montréal (Université Acadia). Docteur en théologie de l’Université de Strasbourg, il s'exprime régulièrement sur son podcast vidéo d'enseignement biblique, Parle-moi maintenant. Retrouvez ici quelques éléments de son parcours et la liste de ses publications.

Articles pouvant vous intéresser