En quoi l’Église est-elle le nouveau temple de Dieu?

Le temple de Dieu, c'est nous! - Éphésiens 2.11-22 (PMM #6)

Bienvenue dans Parle-moi maintenant, le podcast qui vous fait parcourir le Nouveau Testament un livre à la fois. Dans cet épisode, nous poursuivons notre série sur la lettre de Paul aux Éphésiens.

Dans ce sixième épisode sur la lettre aux Éphésiens, Dominique Angers poursuit dans le chapitre 2, dans lequel Paul compare notre situation « autrefois » et « maintenant ».  Dans la seconde moitié du chapitre (Éphésiens 2.11-22), les projecteurs sont braqués sur l’Église. Il s’agit peut-être du texte paulinien le plus riche sur ce sujet.

Retrouvez ICI les autres épisodes du podcast.

La vérité centrale d’Éphésiens 2.11-22

Dieu veut nous émerveiller par la communauté que nous formons ensemble autour de lui.

Questions pour échange en groupe ou réflexion personnelle

  • Vous est-il déjà arrivé de ressentir un profond « besoin de communauté »? Racontez.
  • Quel est votre première réaction quand le mot « Église » est prononcé?
  • Quel est le rapport entre Éphésiens 1.10 et notre texte?
  • Prenez quelques instants pour comparer Éphésiens 2.12 et Romains 9.4-5.
  • Vous êtes-vous déjà senti « sans espérance »? Racontez. Et « sans Dieu dans le monde »?
  • En quoi la Loi de Moïse causait-elle une séparation entre les Juifs et les non-Juifs?
  • Qu’est-ce que la double réconciliation dont il est question dans ce texte?
  • Au verset 18, il est question d’accès au Père. Avez-vous parfois l’impression que votre sentiment d’accès à Dieu varie au gré des épreuves et des joies de la vie? Si oui, comment contrer ces fluctuations?
  • Laquelle des trois images de l’Église, dans les versets 19 à 22, vous parle le plus et pourquoi?
  • Qu’est-ce que Paul veut surtout communiquer par l’image du temple dans les versets 20 à 22?
  • En quoi les versets 20 à 22 représentent-ils l’accomplissement de textes comme Ésaïe 2.1-5; 66.18-20; Michée 4.1-5?
  • Dans l’Église locale, comment profiter au maximum du fait que nous sommes une « communauté-temple »?

À propos de Parle-moi maintenant (PMM)

Retrouvez tous les épisodes de PMM sur:

Comment s’abonner au blog de Dominique (PMM + autres billets)?

En vous abonnant au blog de Dominique, vous recevrez par courriel tous les épisodes de Parle-moi maintenant et tous les billets que signe Dominique sur une base régulière.

Comment faire? C’est tout simple: rendez-vous ici, puis entrez les informations demandées sur la droite de la page.

Version écrite de l’épisode PMM #6 (transcription)

Sommes-nous émerveillés de nous retrouver dans l’Église céleste? Avant d’être au bénéfice de la croix, nous étions doublement séparés: séparés de la communauté bénie de Dieu, et séparés de Dieu lui-même. Maintenant, grâce à Christ, nous sommes doublement réconciliés. Est-ce que nous profitons au maximum de ce changement radical de situation?

En Éphésiens 2.11-22, Paul nous parle de la communauté-temple qu’est l’Église. Nous aspirons tous à faire partie d’une grande communauté qui donne un sens à notre vie. Et bien, ce désir profond ne peut être satisfait qu’à un seul endroit: dans l’Église.

Le texte d’Éphésiens 2.11-22 se situe dans le prolongement direct des dix premiers versets du chapitre 2. En effet, nous retrouvons le contraste autrefois/maintenant qui a structuré le premier texte. Une fois de plus, Paul souhaite que ses lecteurs s’émerveillent en considérant l’écart impressionnant qui existe entre leur situation passée (avant la venue de Christ) et leurs nouveaux privilèges.

Vérité centrale: Par ce texte, Dieu veut nous émerveiller par la communauté que nous formons ensemble autour de lui.

Un petit rappel: comme nous l’avons vu dans un épisode précédent, le point culminant de la lettre se trouve en Éphésiens 1.10, qui indique que le plan de Dieu progresse vers la réconciliation de toutes choses en Christ. Mais avant d’atteindre ce but ultime (lors du retour de Christ), certains obstacles doivent être surmontés. L’un de ces obstacles, c’est la séparation qui existait auparavant entre Juifs et non-Juifs. Cette séparation est maintenant abolie par l’œuvre de Christ.

I. Les non-Juifs autrefois et maintenant (versets 11 à 13)

Dans les versets 11 à 13, il est question des non-Juifs autrefois et maintenant. Paul invite ici ses lecteurs chrétiens d’origine non juive à se souvenir qu’avant la mort de Christ, ils étaient séparés à la fois de la communauté héritière des bénédictions de Dieu, Israël (c’est une séparation horizontale), et de Dieu lui-même (ce qui est une séparation verticale).

D’abord, la séparation horizontale d’autrefois (verset 11):

C’est pourquoi, vous qui portez, dans votre corps, la preuve que vous n’êtes pas des Juifs et qui donc êtes traités d’« incirconcis » par ceux qui se disent « les circoncis » à cause d’un rite accompli sur leur corps et par des hommes, rappelez-vous quelle était votre situation autrefois. (Éphésiens 2.11)

Paul rappelle à ses lecteurs non juifs qu’ils étaient autrefois l’objet du mépris de la part de certains Juifs, qui les traitaient d’« incirconcis » (ce qui n’était pas un compliment).

Ensuite, la séparation verticale d’autrefois (verset 12). Paul énumère cinq désavantages des non-Juifs avant la venue de Christ (« en ce temps-là »), ce qui fait penser aux privilèges d’Israël énumérés en Romains 9.

En ce temps-là, vous étiez sans Messie, vous n’aviez pas le droit de faire partie du peuple d’Israël, vous étiez étrangers aux alliances conclues par Dieu pour garantir sa promesse, sans espérance et sans Dieu dans le monde. (Éphésiens 2.12)

  • « vous étiez sans Messie » Le Messie est d’abord le Roi d’Israël.
  • « vous n’aviez pas le droit de faire partie du peuple d’Israël » ou: « vous étiez privés du droit de cité en Israël » Les non-Juifs étaient tenus à l’écart des avantages sociaux et spirituels de la nation.
  • « vous étiez étrangers aux alliances conclues par Dieu pour garantir sa promesse » Dieu avait fait des alliances avec Israël, et ces alliances reposaient sur la promesse fondatrice faite à Abraham.
  • « sans espérance » C’est à Israël qu’avait été donnée l’espérance du rétablissement de toutes choses.
  • « sans Dieu dans le monde » Ils n’avaient pas de relation avec le seul vrai Dieu, le Dieu d’Israël.

 Au verset 13, Paul signale que « maintenant », les choses ne sont plus comme « autrefois ».

Mais maintenant, par votre union avec Jésus-Christ, vous qui, autrefois, étiez loin, vous êtes devenus proches grâce au sacrifice de Christ.  (Éphésiens 2.13)

Vous, non-Juifs, vous étiez loin à la fois sur l’axe horizontal et sur l’axe vertical: loin d’Israël, et loin du Dieu d’Israël. Mais vous êtes devenus proches grâce au sacrifice de Christ. C’est la croix de Jésus-Christ qui vous a rapprochés. Ce langage (« loin » et « proches ») provient d’Ésaïe 57.19 et sera repris plus loin dans notre texte.

II. Une double réconciliation (versets 14 à 18) 

Il est maintenant question de la double réconciliation opérée par Christ. Autrefois, il y avait deux grandes communautés: la communauté juive et la communauté non juive ou païenne. Mais Jésus-Christ a détruit le mur qui séparait ces deux groupes et il a créé une seule nouvelle communauté.

Car nous lui devons notre paix. Il a, en effet, instauré l’unité entre les Juifs et les non-Juifs et abattu le mur qui les séparait […]  (Éphésiens 2.14a)

Un mur séparait autrefois Juifs et non-Juifs. C’était d’ailleurs littéralement le cas dans le temple de Jérusalem, où une haute muraille séparait les deux communautés. Pourtant, il est fort possible que le « mur » fasse ici référence, de manière figurée, à la Loi dont il sera question juste après, puisque dans certains textes juifs, la Loi est comparée à une clôture qui entourait Israël et qui protégeait le peuple contre les influences païennes.

[…] en livrant son corps à la mort, il a annulé les effets de ce qui faisait d’eux des ennemis, 15 c’est-à-dire de la Loi de Moïse, dans ses commandements et ses règles.  (Éphésiens 2.14b-15a)

Il est vrai que les commandements et les règles de la Loi de Moïse avaient pour effet de séparer les Juifs et les non-Juifs. Prenons simplement les lois alimentaires. Pour un Israélite fidèle à la Loi, la communauté de table avec les païens était interdite. On ne mangeait pas ensemble, puisqu’on ne mangeait pas la même chose! Paul n’est pas en train de dire que la Loi de Moïse n’était pas bonne. Mais elle avait pour effet, à cette époque, de séparer les communautés (dans le plan de Dieu, cela était temporaire). À ce titre, Christ a rendu la Loi sans effet.

Paul suggère sans doute que le sacrifice de Christ a produit un changement d’alliance: nous sommes passés de l’alliance mosaïque (l’alliance de la Loi) à une nouvelle alliance, qui a pour effet non pas la séparation et l’hostilité, mais plutôt la réconciliation. C’est donc à la Loi de Moïse en tant qu’alliance temporaire que Christ a mis fin.

Il [Christ] voulait ainsi créer une seule et nouvelle humanité à partir des Juifs et des non-Juifs qu’il a unis à lui-même, en établissant la paix.  (Éphésiens 2.15b)

Quel changement! Christ a créé une seule et nouvelle humanité, unie à lui-même, dans la paix. Paul revient ici sur le thème de la nouvelle création, qu’il a abordé en 2.10: l’Église, en tant que nouvelle humanité, s’inscrit dans la nouvelle création de Dieu et de Christ.

Nous voyons ensuite que cette nouvelle humanité est le résultat non seulement d’une réconciliation entre Juifs et non-Juifs, mais aussi d’une réconciliation avec Dieu.

Il [Christ] voulait aussi les réconcilier les uns et les autres avec Dieu et les unir en un seul corps, en supprimant, par sa mort sur la croix, ce qui faisait d’eux des ennemis.  (Éphésiens 2.16)

Non seulement les Juifs et les non-Juifs étaient ennemis entre eux, mais en plus, tous les êtres humains (Juifs et non-Juifs) étaient ennemis de Dieu, et la Loi de Moïse (qui était bonne) ne faisait que révéler et souligner la gravité de la rébellion humaine contre Dieu.

Mais Christ a voulu, par sa mort sur la croix, réconcilier à la fois des Juifs et des non-Juifs avec Dieu, en les unissant en un seul corps. Paul a déjà décrit l’Église comme le corps de Christ en 1.23. Ici, il le fait pour dire que c’est en tant que corps unique que tous les chrétiens sont réconciliés avec Dieu.

Ainsi il [Christ] est venu annoncer la paix à vous qui étiez loin [les non-Juifs] et la paix à ceux qui étaient proches [les Juifs].  (Éphésiens 2.17)

Les Juifs avaient autant besoin que les non-Juifs d’être réconciliés avec Dieu, car la Loi avait montré l’ampleur de leur péché.

Car, grâce à lui, nous avons accès, les uns comme les autres, auprès du Père, par le même Esprit.  (Éphésiens 2.18)

Voilà l’objectif ultime du sacrifice de Christ à la croix et de la création de l’Église: l’accès au Père. Sous l’alliance de Moïse, des sacrifices devaient être offerts pour donner accès à la présence de Dieu dans le tabernacle ou dans le temple. Grâce à Christ et à son sacrifice ultime, l’Esprit permet maintenant à tous les chrétiens de jouir d’un libre accès au Père.

Il y a de quoi être émerveillés. Nous sommes la communauté qui a accès au Père grâce à Jésus. « Grâce à lui » seul, nous avons cet accès. Notre accès ne dépend pas de nos efforts personnels. Notre accès au Père n’est pas supérieur quand nous passons une bonne journée, et il n’est pas réduit quand nous passons une mauvaise journée. En effet, le fondement de notre accès, c’est Jésus-Christ lui-même, dont l’œuvre à la croix est parfaite et absolument achevée. Nous ne pouvons rien y ajouter.

III. L’unité de l’Église en trois images (versets 19 à 22) 

Nous trouvons ici trois images qui soulignent l’intégration des non-Juifs, et donc l’unité de la nouvelle communauté. Trois images qui ont pour but de nous faire réaliser l’immensité de notre privilège.

A. la citoyenneté (verset 19a)

Voilà pourquoi vous n’êtes plus des étrangers ou des résidents temporaires, vous êtes concitoyens des membres du peuple saint […]  (Éphésiens 2.19a)

Quel honneur pour les non-Juifs: grâce à la mort de Christ, ils ne sont plus des étrangers, mais ils ont obtenu leur certificat de citoyenneté. Et comme le dit Paul en Philippiens 3.20: « nous sommes citoyens des cieux ». D’une certaine manière, l’Église se trouve effectivement dans le monde céleste.

B. la famille de Dieu (verset 19b)

[…] vous faites partie de la famille de Dieu.  (Éphésiens 2.19b)

D’une image à l’autre, il y a une progression en proximité horizontale et verticale: les chrétiens d’origine non juive sont non seulement des concitoyens, mais aussi des membres de la famille, celle dont Dieu est le Père.

C. le temple de Dieu (versets 20-22)

20 Dieu vous a intégrés à l’édifice qu’il construit sur le fondement que sont les apôtres, ses prophètes, et dont Jésus-Christ lui-même est la pierre principale. 21 En lui toute la construction s’élève, bien coordonnée, afin d’être un temple saint dans le Seigneur, 22 et, unis à Christ, vous avez été intégrés ensemble à cette construction pour former une demeure où Dieu habite par l’Esprit. (Éphésiens 2.20-22)

C’est l’image la plus grandiose: nous sommes le temple de Dieu. On ne peut pas imaginer une communauté plus proche de Dieu, et une communauté dont les membres sont plus proches les uns des autres. Dieu habite dans notre communauté, et nous faisons tous l’expérience de sa présence par le Saint-Esprit. Les apôtres et les prophètes, qui ont reçu la révélation de l’Évangile, constituent le fondement. Christ lui-même est la pierre principale, qui maintient tout l’édifice en place. Selon le verset 21, nous formons une construction qui s’élève: des membres sont ajoutés régulièrement, et ce sera le cas jusqu’au retour de Christ. Selon le verset 22, nous formons une « demeure où Dieu habite par l’Esprit »: par l’Esprit, nous goûtons déjà à la joie communautaire et à la joie de la présence divine, qui seront parfaites lors du retour de Christ.

Est-ce que nous réalisons ce que Paul nous dit ici? L’Ancien Testament annonçait qu’à la fin des temps, les non-Juifs se rendraient au temple de Jérusalem pour adorer l’Éternel avec les Juifs (Ésaïe 2.1-5; 66.18-20; Michée 4.1-5). Paul indique ici la façon surprenante et glorieuse dont cette prophétie s’est réalisée. Il ne suffit pas aujourd’hui de dire que Juifs et non-Juifs se rendent ensemble au temple; Juifs et non-Juifs réconciliés par le sang de Christ forment ensemble le vrai temple. Nous sommes une communauté-temple. Le temple de Dieu, c’est nous. Il habite parmi nous dans le monde céleste, cette dimension invisible de la réalité. Dans le monde céleste, nous sommes réunis autour de Dieu pour former l’Église céleste.

Et notre Église locale est une manifestation sur terre de cette grande Église céleste. Profitons de ce privilège en vivant au maximum, dans l’Église locale, la communion avec Dieu, qui habite parmi nous, et la communion entre frères et sœurs. Il est possible, dans une certaine mesure, de vivre individuellement la présence de Dieu grâce à l’action de la Parole et de l’Esprit en nous. Mais quand nous sommes réunis dans l’Église locale, nous faisons une expérience toute particulière de la présence de Dieu, parce que Dieu habite dans la communauté qui est son temple. Ne nous privons pas de ce privilège.

Prière

Père céleste, Merci pour cette vision sublime de l’Église. Autrefois, nous qui sommes d’origine non juive, nous n’avions pas accès aux bénédictions réservées au peuple juif. Mais maintenant, tu nous as « rapprochés » grâce au sacrifice de Christ. Merci d’avoir créé une seule et nouvelle humanité, à laquelle nous appartenons. Grâce au sacrifice de Christ, nous avons accès à toi, avec tous nos frères et sœurs, par l’Esprit. Merci d’avoir fait de nous des concitoyens des membres du peuple saint, merci de nous avoir accueillis dans ta famille, merci de nous avoir intégrés dans ton temple. Bénis notre Église locale, ta communauté-temple, et manifeste ta présence parmi nous, amen.

Dominique Angers

Dominique Angers est professeur de Nouveau Testament et d’homilétique à la Faculté de Théologie Évangélique à Montréal (Université Acadia). Docteur en théologie de l’Université de Strasbourg, il s'exprime chaque semaine sur son podcast vidéo d'enseignement biblique, Parle-moi maintenant. Retrouvez ici quelques éléments de son parcours et la liste de ses publications.

Articles pouvant vous intéresser