Essayer de se changer soi-même, c’est comme…

Une anecdote mémorable utilisée par Jerry Bridges nous rappelle, de façon imagée, à quel point il est insensé de ne compter que sur soi pour progresser spirituellement.

J’ai toujours aimé cette illustration tirée du livre de Jerry Bridges, À l’école de la grâce. Je l’ai utilisée plusieurs fois dans des prédications.

Et vous, vous reconnaissez-vous dans cette image très parlante?

Alors que je me trouvais un jour assis dans la salle d’attente d’un médecin, mon regard a été attiré par une belle reproduction d’un homme en train d’être sculpté. La sculpture était achevée jusqu’à mi-hauteur des cuisses, et le travail accompli montrait un homme très robuste et musclé, avec le style de physique dont tous les hommes rêvent. Cependant, ce qu’il y avait de plus frappant dans cette image, c’était que l’artiste avait placé le marteau et le burin dans les mains de l’homme qui était en train d’être sculpté.

 

Je restais fasciné devant cette sculpture et me demandais quel message l’artiste avait voulu transmettre. Peut-être essayait-il de peindre une image de l’homme qui s’est soi-disant fait tout seul. Toutefois, en étudiant d’un peu plus près la peinture, j’ai été subjugué de constater à quel point il avait bien représenté la manière dont de nombreux chrétiens tentent de vivre la vie chrétienne. Nous essayons de nous changer. Nous prenons dans nos propres mains ce que nous croyons être les outils d’une transformation spirituelle et nous tentons de nous sculpter en de robustes spécimens semblables au Christ. Or la transformation spirituelle est essentiellement l’œuvre du Saint-Esprit. C’est lui le maître sculpteur.

 

-Jerry Bridges, À l’école de la grâce. L’œuvre de Dieu et la discipline humaine dans la sanctification, Charols, Excelsis (coll. Sel & Lumière), 2015, p. 13-14.

Oui, j’ai besoin d’aide! Laissé à moi-même, je ne peux pas « m’améliorer ». Impossible d’aller « plus loin »…

En racontant cette anecdote, Bridges ne suggère pas que la bonne approche soit de rester passif dans le domaine de la sanctification. Au contraire, l’Écriture nous invite à fournir des efforts dans la vie chrétienne et à faire constamment le choix de l’obéissance et du progrès. Néanmoins, si le processus de transformation spirituelle implique effectivement une participation réelle et active de notre part, il n’en demeure pas moins que seul l’Esprit est l’auteur du changement réel.

Faisons tout pour faciliter son action en nous et pour le laisser nous transformer, au quotidien, à l’image de Christ.

N.B. J’explique ici, sous forme de témoignage, l’impact du livre À l’école de la grâce dans ma vie.

Dominique Angers

Dominique Angers est professeur de Nouveau Testament et de théologie pratique à la Faculté de Théologie Évangélique à Montréal (Université Acadia). Docteur en théologie de l’Université de Strasbourg, il s'exprime régulièrement sur son podcast vidéo d'enseignement biblique, Parle-moi maintenant. Retrouvez ici quelques éléments de son parcours et la liste de ses publications.

Articles pouvant vous intéresser