L’excellent livre de Beale sur les reprises de l’Ancien Testament dans le Nouveau Testament

Je me réjouis de la parution en 2020 d'une traduction française du manuel de Greg Beale sur les reprises de l'Ancien Testament dans le Nouveau Testament!

J’attendais cela depuis longtemps: la parution de la traduction française du manuel de Greg Beale sur un sujet qui me tient particulièrement à cœur. Grâce aux Éditions HET-PRO (St-Légier, Suisse), c’est chose faite depuis octobre 2020, sous le titre Manuel de lecture de l’Ancien Testament par le Nouveau Testament

À la Faculté de Théologie Évangélique (Montréal), j’enseigne le cours « Interprétation de l’Ancien Testament dans le Nouveau Testament », proposé de janvier à avril 2021. Ce cours par vidéos peut être suivi de n’importe où à travers le monde (les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 14 janvier). Pour compléter mes exposés, je demande justement à mes étudiants de lire le manuel de Beale, une véritable référence en la matière. 

L’importance du sujet

Le premier contact des lecteurs de la Bible avec le sujet qui nous intéresse se fait habituellement par le constat de la présence d’italiques dans le Nouveau Testament. En effet, la plupart des éditions modernes de la Bible utilisent des italiques pour signaler qu’une partie du texte Nouveau Testament provient de l’Ancien Testament. Malheureusement, pour de nombreux chrétiens, la réflexion sur notre sujet ô combien crucial s’arrêtera là.

Pourtant, lorsque les auteurs du Nouveau Testament citent l’Ancien, ils nous indiquent les multiples manières dont Dieu, par la conduite providentielle de l’histoire de la rédemption et l’inspiration des Écritures d’Israël, a préparé la venue de Christ. 

Ainsi, comprendre la « logique » des apôtres et autres auteurs du Nouveau Testament (qui ne s’approprient aucunement les textes sacrés de façon arbitraire), c’est accéder à la juste manière de lire toute la Bible comme un récit unifié et cohérent. 

Nous n’avons donc pas affaire ici à un sujet purement technique réservé aux amateurs de « points de détail » obscurs dans l’Écriture. Nous nous trouvons plutôt devant LA CLÉ pour interpréter justement la Bible: l’Ancien Testament, par ses prédictions et ses innombrables images (ou « types », en rapport avec la « typologie »), a rendu témoignage par avance aux souffrances et à la gloire du Messie (Luc 24.25-27; 1 Pierre 1.10-12). On peut aussi raisonner dans l’autre sens: le Nouveau Testament nous guide vers les justes lectures de l’Ancien Testament (car toutes ne sont pas également valables). 

Qui est l’auteur?

L’éditeur présente ainsi Gregory Beale: 

Gregory K. Beale (PhD, Cambridge) est titulaire de la chaire J. Gresham Machen sur le Nouveau Testament et professeur de recherche sur le Nouveau testament et l’interprétation biblique au Westminster Theological Seminary de Glenside, à Philadelphie (USA). Les intérêts universitaires de M. Beale portent notamment sur l’utilisation de l’Ancien Testament dans le Nouveau Testament, le livre de l’Apocalypse, le sujet de l’inerrance et la théologie biblique du temple comme demeure de Dieu. 

En français, les Éditions Excelsis ont publié On ressemble à ce qu’on adore. Une théologie biblique de l’idolâtrie, du même auteur. 

Sur le sujet qui nous intéresse, notons que Beale est coéditeur, avec Donald Carson, du fameux Commentary on the New Testament Use of the Old Testament (Baker, 2007). En outre, la théologie biblique du Nouveau Testament rédigée par Beale (A New Testament Biblical Theology. The Unfolding of the Old Testament in the New) s’appuie en bonne partie sur les recherches de cet exégète sur les reprises de l’Ancien Testament par le Nouveau Testament. 

L’objectif du livre et son public cible 

Dans cet ouvrage, Beale cherche à présenter les enjeux herméneutiques (interprétatifs) liés à la compréhension qu’ont les auteurs du Nouveau Testament des textes de l’Ancien Testament. Mais surtout, l’auteur propose une méthode pour étudier des passages précis de l’Ancien Testament tels qu’ils apparaissent dans des textes précis du Nouveau Testament. Voilà pourquoi on doit effectivement parler d’un « manuel ».

En fait, Beale expose ici la méthode de travail suivie par les auteurs du Commentary on the New Testament Use of the Old Testament, l’ouvrage de référence (de plus de 1200 pages) mentionné plus haut. 

Au début de l’introduction, Beale écrit (p. xix):

Le but de ce manuel est de fournir un petit guide pour comprendre la manière dont le NT cite l’AT ou y fait allusion. Public visé: des chrétiens, des étudiants, et des pasteurs sérieux, tout en espérant qu’il sera utile même pour des spécialistes universitaires. Depuis le milieu du 20e siècle, l’usage de l’AT dans le NT a fait l’objet de nombreux livres et articles de recherche. Personne, cependant, n’a encore essayé de créer un manuel pour aider les interprètes à se repérer au sein du processus d’analyse des très nombreuses références vétérotestamentaires. (…)

Cet ouvrage ne vise pas à fournir une analyse approfondie des diverses questions qu’il aborde. L’accent est plutôt mis sur les approches méthodologiques et les ressources afin d’aider à comprendre la manière dont les rédacteurs du NT font référence à l’AT. 

Évaluation

Dans mon cours « Interprétation de l’Ancien Testament dans le Nouveau Testament », j’ai ma propre manière de présenter les choses et de synthétiser les enjeux. Il m’arrive de préférer une terminologie légèrement différente de celle de Beale, ou d’opter pour une autre compréhension de certaines reprises de l’Ancien Testament dans le Nouveau Testament. 

Néanmoins, c’est toujours avec grand enthousiasme que je recommande la lecture du manuel de Beale, que j’affectionne depuis plusieurs années. L’ouvrage est clair, succinct et agréable à lire. Grosso modo, je me situe clairement dans la ligne de l’approche de Beale et j’adhère à ses présupposés. Ce livre m’a beaucoup appris (les références aux recherches bibliques en la matière représentent une mine d’or). J’espère que de nombreux lecteurs de ce blog se le procureront et s’en délecteront. 

Je reconnais qu’il s’agit d’une lecture « avancée »: on est clairement dans un registre académique (bien qu’introductif). Cela dit, en mettant de côté les notes de bas de page (dont je raffole!), beaucoup trouveront la lecture digeste malgré la complexité du sujet traité. 

Je souligne au passage la qualité de la traduction française réalisée par Vincent Marty-Terrain. 

Pour aller plus loin

Dominique Angers

Dominique Angers est professeur de Nouveau Testament et de théologie pratique à la Faculté de Théologie Évangélique à Montréal (Université Acadia). Docteur en théologie de l’Université de Strasbourg, il s'exprime régulièrement sur son podcast vidéo d'enseignement biblique, Parle-moi maintenant. Il est l'auteur du livre La méditation biblique à l'ère du numérique. Retrouvez ici quelques éléments de son parcours et la liste de toutes ses publications.

Articles pouvant vous intéresser

>