Qu’est-ce que la typologie dans la Bible?

À moins de comprendre ce qu'est la typologie, il est impossible de saisir le plan rédempteur de Dieu tel qu'il se déploie à travers la Bible.

Définition

Voici une définition proposée par Graeme Goldsworthy:

La typologie consiste à reconnaître qu’au sein de l’Écriture, certains événements, certains personnages ou certaines institutions sont liés à d’autres événements, personnages ou institutions ultérieurs. Le rapport est le suivant : les premiers annoncent les seconds ; les seconds accomplissent les premiers, ou les amènent à la perfection[1].

Viennent d’abord les « types », puis les « antitypes » (qui « accomplissent » les types).

C’est autour de Jésus-Christ et des nouvelles réalités qu’il met en place que les « accomplissements » se produisent. Ainsi, Henri Blocher affirme: « Les événements, les institutions, les hommes, exercent une fonction typique, c’est-à-dire qu’ils préfigurent Jésus-Christ et ce qu’il apporte »[2].

Exemples

Quelques exemples:

  • Un événement: l’Exode (la sortie d’Égypte pour les Hébreux et la libération de l’esclavage qui leur était imposé par le Pharaon), qui anticipe la délivrance de l’esclavage du péché pour tous les chrétiens (la « rédemption » ultime)
  • Un personnage: le roi David, qui anticipe le Roi par excellence, Jésus, venu inaugurer le Royaume de Dieu
  • Une institution: la fête de la Pâque, qui anticipe la venue de l’Agneau pascal ultime, offert pour expier véritablement nos péchés
  • Un lieu: le pays promis (Canaan), qui anticipe notre cité céleste. 

Approfondissement

La typologie est une notion fondamentale en théologie biblique, c’est-à-dire dans l’étude du déroulement de l’histoire de la rédemption. Elle suppose le progrès de la révélation divine à travers l’Écriture, sous la conduite souveraine de Dieu.

Un type est une sorte d’image, une illustration. Pourtant, il ne s’agit pas d’une simple analogie pouvant être évoquée dans une perspective atemporelle. Dans le déroulement de l’histoire, le type apparaît d’abord; puis vient son « accomplissement typologique », ou son « antitype ».

Donald Carson s’y prend de la manière suivante pour expliquer la typologie:

Dieu dispose de plusieurs moyens pour parler de l’avenir. Sa manière la plus simple consiste à en parler de façon directe, par des mots. Dans plusieurs endroits de la Bible, Dieu aborde la question du futur. Il en parle de façon ouverte. Mais il se sert également d’images, de schémas, de types et de modèles. Il établit une institution, un rite ou encore un modèle de relations. Puis, il ajoute des indices, des cascades d’indices pour bien faire comprendre que ces images, schémas, types ou modèles ne sont pas des fins en eux-mêmes mais des moyens d’anticiper quelque chose de meilleur. Bref, Dieu parle de l’avenir au moyen d’illustrations.

Les chrétiens qui lisent leur Bible méditent sur les rapports entre le règne de David et celui de Jésus, entre l’agneau pascal de l’exode et Jésus, le véritable Agneau pascal, entre Melchisédek et Jésus, entre le repos sabbatique et le repos que Jésus offre, entre le rôle du souverain sacrificateur et celui de Jésus, le grand souverain sacrificateur, entre le Temple de l’ancienne alliance dans lequel entraient les sacrificateurs et le Saint des saints céleste dans lequel Jésus est entré, et sur bien d’autres rapprochements encore. Pour ceux qui vivaient sous les dispositions de l’Ancienne Alliance, la fidélité à l’alliance signifiait l’adhésion aux institutions et aux rites institués par Dieu, même si, sur la grande échelle biblique, ces institutions et ces rites annonçaient quelque chose de meilleur. Au moyen de ces représentations, Dieu parlait de l’avenir. À partir du moment où le chrétien saisit cette vérité, une grande partie de la Bible prend une autre perspective[3].

Conclusion

Parce que Dieu est maître souverain de l’histoire, il agit selon des schémas (des types) qui se répètent et se correspondent. Récurrence et correspondance dans la trajectoire de l’aboutissement de l’histoire, voilà en quoi consiste la typologie. Les actions antérieures de Dieu anticipent ses interventions ultérieures. Les réalités dernières « éclipsent » les réalités premières sur lesquelles elles se fondent[4]. En Jésus-Christ, nous avons affaire à un glorieux dépassement des types. Les ombres font place aux réalités. 

Discerner la typologie biblique ne peut que mener à l’adoration du Dieu souverain.


[1]Graeme Goldsworthy, Christ au cœur de la prédication, Charols, Excelsis (Diakonos), 2005, p. 109.

[2]Henri Blocher, La doctrine du Christ, Vaux-sur-Seine, Edifac (Didaskalia), 2002, p. 25.

[3]D.A. Carson, Le Dieu qui se dévoile, volume 1, Lyon, Clé, 2014, lecture du 4 mai. 

[4]Malheureusement, je ne retrace pas la source d’une telle formule.

Un outil gratuit pour aller plus loin

J’ai développé ce Répertoire de ressources sur la théologie biblique.

Abonne-toi à ma newsletter et reçois en cadeau mon ebook pour te guider dans l'étude du livre "À l'école de la grâce" de Jerry Bridges.

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer notre lettre d'information ainsi que des informations concernant les activités de toutpoursagloire.com. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter. Powered by ConvertKit

Dominique Angers

Dominique Angers est professeur de Nouveau Testament et de théologie pratique à la Faculté de Théologie Évangélique à Montréal (Université Acadia). Docteur en théologie de l’Université de Strasbourg, il s'exprime régulièrement sur son podcast vidéo d'enseignement biblique, Parle-moi maintenant. Il est l'auteur du livre La méditation biblique à l'ère du numérique. Retrouvez ici quelques éléments de son parcours et la liste de toutes ses publications.

Articles pouvant vous intéresser

Les cookies assurent le bon fonctionement de notre site internet. En utilisant ce dernier, vous acceptez l'utilisation des cookies. Lisez notre politique de confidentialité pour en savoir plus.
close-image